U Paese, le blog des Amitiés corses de Lyon

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Autrefois en Corse

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 20 mai 2015

Autrefois la Corse - a Corsica tempi fà (5)

 

Blog de paese : Mon blog photos, Tempi fà la Corse (5) 

 Blog de paese : Mon blog photos, Tempi fà la Corse (5)

  L'arte era dopu a facenda di e castagne, a principale occupazione di a Castagniccia. Ogni paese di a pieve d'Orezza avia a so spezialita.

 Tempi fà, quandu u castagnu era erburu di vita, i spurtelaghji di u Polverosu eranu numerosi. U salice e u legnu di castagnu ghjuvavanu a fà sporte utile per coglie e castagne. U spurtellu s'aduprava ancu per unità di misura, un spurtellu di castagne era una muneta di cambiu per abbaratta ogliu balaninu o casgiu niulincu.

  E pippe di e Valle d'Orezza anu fattu a reputazione di stu paisolu di a Castagniccia. Prima tempi fà, eranu di bussu e l'artigiani currianu indu a muntagna di Muteri fra i Perelli e u Pianellu chi custi, pare chi u bussu era assai ricercatu. Dopu piu tardi l'anu fatte di scopa.

  A a Campana, e stazzone eranu numerose, piole, rustaghje, pale, zappe, zapponi e ancu stiletti eranu l'opere di l'artisgiani di stu paese.

  Quelli di Nucariu, fabricavanu carree, imbasti, stacci e cernigli.

 In a Verdese si travagliava u feru, e in u Pe d'Orezza, Pedipartinu e Carchetu duve l'allevu era impurtente, si facia assai fune in pelu caprunu.

 E tintene di Carpinetu, l'oggeti di terra rossa, (testi, pignatte e altri) di a Monacia, eranu venduti l'ottu di settembre a e fiere d'Alisgiani o di a Santa di u Niolu. 

_**_

  Après le travail des châtaignes, l'artisanat était la principale occupation de la Castagniccia. Chaque village du canton d'Orezza avait sa spécialité.

 Autrefois, lorsque le châtaignier était encore arbre de vie, les fabricants de paniers de Polverosu étaient nombreux. Le saule ou le bois de châtaignier était utilisé à la fabrication des paniers, utiles pour la récolte des châtaignes. Le panier à châtaignes servait aussi de monnaie d'échange pour le troc. (Châtaignes contre huile d'olive de Balagne ou fromage du Niolu). 

  Les pipes de Valle d'Orezza ont fait la réputation de ce petit village de la Castagniccia. Autrefois elles étaient en buis, et les artisans le ramassaient dans la montagne de Muteri entre Perelli et Pianellu, où il était parait-il très recherché. Plus tard elles furent fabriquées en souches de bruyère.

 A Campana, les forges étaient nombreuses, haches, pelles, pioches, piochons et même stylets, étaient l'oeuvre des artisans de ce village. Ceux de Nocariu, fabriquaient chaises, bâts, pipes, tamis et cribles à châtaignes , et à Verdese, on travaillait le fer.

 A Pied'Orezza, Piedipartinu, et Carpinetu, où l'élevage est important, on fabriquait des cordes en poils de chèvre.

 Les clochettes de Carpinetu, les objets en terre rouge de Monacia, récipients à rôtir les châtaignes, marmites etc...étaient vendues le 8 septembre à la foire d'Alesani ou à celle de la Santa du Niolu.

Blog de paese : Mon blog photos, Tempi fà la Corse (5)

Blog de paese : Mon blog photos, Tempi fà la Corse (5)

Blog de paese : Mon blog photos, Tempi fà la Corse (5)

 

 

mardi 19 mai 2015

Autrefois la Corse - a Corsica tempi fà (4)

 

Blog de paese : Mon blog photos, Tempi fà la Corse (4) 

A guerra di u 14, he stata per a Corsica in generale, e per a Castagniccia in particulare, una vera catastrofa, lasciendu famiglie sane in a miseria.

  L'omi, franchi da u macellu di u fronte, eranu schersi e, i bracci per sfruttà i castagneti mancavanu, allora per alleva i so zitelli, anu vintutu a legna a l'usine di tanninu, numerose in u circondu di a Castagniccia, e cusi, pianu pianu, finu a a seconda guerra, u castagnetu si n'he andatu di male in peghju.

__**_

 La guerre de 14-18 a été pour la Corse en général et pour la Castagniccia en particulier, une vraie catastrophe, laissant des familles entières dans la misère.

 Les hommes épargnés du massacre du front étaient rares, et les bras manquaient pour la récolte, alors, pour élever leurs enfants les paysans ont vendu leurs châtaigniers aux usines de tannin, nombreuses en Castagniccia, et petit à petit jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale la châtaigneraie corse est allée de mal en pis.

lundi 18 mai 2015

Autrefois la Corse - a Corsica tempi fà (3)

 

Blog de paese : Mon blog photos, Tempi fà la Corse (3)

 Francatu duie o tre simane, dopu avele bulicate, da capu in su a capu in ghjio, e castagne so pistate nantu a un troppulu cu un saccu in pelle purcina chjamatu pistaghjola, per sbarrazzale di a so prima chjoppula.

  E castagne bianche, dopu passate a u fornu, so dino pistate nantu a u troppulu, per sbarrazzale di a seconda pelle piu fine, chjamata lesina. Tandu e castagne macinate a u mulinu, danu a a farina un gustu deliziosu, dolce e inzuccaratu.

_**_

 Au bout de deux ou trois semaines, après les avoir retournées de haut en bas avec la pelle, les châtaignes sont mises dans un sac en peau de porc, appelé "pistaghjola" et battues sur un billot pour les débarrasser de leur première peau.

 Les châtaignes blanches sont ensuite passées au four et battues une deuxième fois sur le billot pour les débarrasser de la seconde peau plus fine appelée "lesina". A ce moment-là les châtaignes sont passées au moulin et donnent ainsi une farine au goût caramélisé , doux et sucré.

dimanche 17 mai 2015

Autrefois la Corse - a Corsica tempi fà (2)

  

Blog de paese : Mon blog photos, Tempi fà la Corse (2)  

 Colte ch'elle so, e castagne so seccate in a grate, sopra a u fucone di a sala cummuna, o in una seccareccia in furesta.

_**_

 Les châtaignes cueillies, elles sont mises à sécher sur les claies du grenier au-dessus du foyer de la salle commune ou dans un séchoir en forêt.


samedi 16 mai 2015

Autrefois la Corse - a Corsica tempi fà (1)


Blog de paese : Mon blog photos, Tempi fà la Corse (1) 


 Toccu l'ottobre a racolta cumencia

 Quandu i gricciuli s'aprenu, e chi e castagne cumencianu a cascà, u mere dichjara u furestu. 

 I zitelli giranu u paese mughjendu furestu, furestu ! tandu ognunu chjove u so bestiame e, a l'alba e famiglie sane , omi, done, zitelli, vechji e ghjovani, armati di ruspaghjole e di spurtelli, partenu in furesta.

 I spurtelli s'empienu, mule e sumeri trascinanu sacchi di castagne da u locu a u grataghju.

_**_

  Dès le mois d'octobre, les châtaignes commencent à tomber.

  Quand les bogues s'ouvrent et que les châtaignes commencent à tomber, le maire déclare la fin du libre parcours du bétail.

  Les gamins font le tour du village criant "furestu, furestu !" pour annoncer le début de la récolte. Alors chacun sait qu'il faut enfermer ses animaux. A l'aube, hommes, femmes,  jeunes et vieux, armés de paniers et de petites fourches, partent en forêt.

 Les paniers se remplissent. Mules et ânes transportent des sacs de châtaignes de la forêt au séchoir.


lundi 4 juillet 2011

A Zecca

 

L'hôtel des monnaies, appelée ZECCA, était à la fois une fabrique et un centre administratif géré par l'Etat corse indépendant (Pascal Paoli) et placé sous l'autorité d'un officier (u zecchjere). La zecca, basée à Murato, fut difficile à mettre en activité car il fallut faire venir du matériel spécifique, trouver du métal (cuivre et argent), recruter du personnel spécialisé. Dans la zecca on gravait les deux coins monétaires de chaque sorte de monnaie qui allaient servir à la frappe des flans de métal qui recevraient ensuite l'empreinte des deux côtés, pile et face de la pièce. Les jeux de coin furent gravés pour les pièces de :

_ 20 soldi U vintinu (une livre)

_ 10 soldi U decinu (1/2 livre)

_ 4 soldi U quatrinu

_ 2 sodi U duppione

_ 8 denari U baioccu

_ 1 soldu qui ne sera émis qu'en 1768 à Corte.

 

Le cuivre, l'argent, le cuivre saucé, le billon furent les seuls métaux employés. Il n’y eu pas de monnaie en or en Corse.

Les pièces émises en 1763, furent millésimées avec les coins de 1762. Le 26 février 1763 marque la date de naissance de l'Hôtel des monnaies de la Corse.

Et déjà un mois plus tard on pouvait payer entièrement les soldats en monnaie corse, et tout le monde en réclamait.

La difficulté d'approvisionner la fabrique en matériaux précieux conduisit à la collecte de nouveaux impôts et à d'autres moyens comme la fonte d'objets en argent.

C'est la consulte de mai 1761 qui décida de frapper monnaie « aux armes du royaume de Corse » et décida du motif de face « tête de Maure, tournée à dextre, animée, perlée, colletée, portant tortil » c'est à dire tête de Maure tournée du côté qui se trouve à la gauche de l'observateur, avec yeux, pendentifs, collier de perles et bandeau sur le front, noué derrière la nuque.

Le maître monnayeur commandait une équipe formée d'un contremaître, de 6 ouvriers, de 4 auxiliaires et d'un attaché aux écritures. On ne connaît pas l'importance de chaque émission des 22 types de monnaie recensés; quelquefois très rare comme le 20 soldi de 1762 retrouvé en un seul exemplaire au cabinet impérial de St. Petersbourg.

L'expédition de 1767, la conquête de l'île de Capraia entraînera de grosses dépenses et en septembre 1767, la production de monnaie corse à Murato s'arrêtera.

Le transport de la zecca sur Corte nécessitera 36 convois muletiers et ceci à cause de l'armée française qui s'approche de Murato et s'y installe en 1768.