L'hôtel des monnaies, appelée ZECCA, était à la fois une fabrique et un centre administratif géré par l'Etat corse indépendant (Pascal Paoli) et placé sous l'autorité d'un officier (u zecchjere). La zecca, basée à Murato, fut difficile à mettre en activité car il fallut faire venir du matériel spécifique, trouver du métal (cuivre et argent), recruter du personnel spécialisé. Dans la zecca on gravait les deux coins monétaires de chaque sorte de monnaie qui allaient servir à la frappe des flans de métal qui recevraient ensuite l'empreinte des deux côtés, pile et face de la pièce. Les jeux de coin furent gravés pour les pièces de :

_ 20 soldi U vintinu (une livre)

_ 10 soldi U decinu (1/2 livre)

_ 4 soldi U quatrinu

_ 2 sodi U duppione

_ 8 denari U baioccu

_ 1 soldu qui ne sera émis qu'en 1768 à Corte.

 

Le cuivre, l'argent, le cuivre saucé, le billon furent les seuls métaux employés. Il n’y eu pas de monnaie en or en Corse.

Les pièces émises en 1763, furent millésimées avec les coins de 1762. Le 26 février 1763 marque la date de naissance de l'Hôtel des monnaies de la Corse.

Et déjà un mois plus tard on pouvait payer entièrement les soldats en monnaie corse, et tout le monde en réclamait.

La difficulté d'approvisionner la fabrique en matériaux précieux conduisit à la collecte de nouveaux impôts et à d'autres moyens comme la fonte d'objets en argent.

C'est la consulte de mai 1761 qui décida de frapper monnaie « aux armes du royaume de Corse » et décida du motif de face « tête de Maure, tournée à dextre, animée, perlée, colletée, portant tortil » c'est à dire tête de Maure tournée du côté qui se trouve à la gauche de l'observateur, avec yeux, pendentifs, collier de perles et bandeau sur le front, noué derrière la nuque.

Le maître monnayeur commandait une équipe formée d'un contremaître, de 6 ouvriers, de 4 auxiliaires et d'un attaché aux écritures. On ne connaît pas l'importance de chaque émission des 22 types de monnaie recensés; quelquefois très rare comme le 20 soldi de 1762 retrouvé en un seul exemplaire au cabinet impérial de St. Petersbourg.

L'expédition de 1767, la conquête de l'île de Capraia entraînera de grosses dépenses et en septembre 1767, la production de monnaie corse à Murato s'arrêtera.

Le transport de la zecca sur Corte nécessitera 36 convois muletiers et ceci à cause de l'armée française qui s'approche de Murato et s'y installe en 1768.