U Paese, le blog des Amitiés corses de Lyon

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 1 avril 2014

L’appellation « Amitiés corses de Lyon » va prochainement devenir une marque déposée



Il fallait s’y attendre. Les cotisations n’étant plus suffisantes pour couvrir les dépenses de l’amicale, il a donc été décidé de protéger l’appellation « Amitiés corses de Lyon », qui va prochainement devenir une marque déposée. On devra donc écrire désormais « AmitiéscorsesdeLyon® ».

Différents produits seront commercialisés sous cette marque :

- des produits Apple ;

- du caviar ;

- des avions de tourisme 2 places.

La création d’une ligne de vêtements est également à l’étude.

Enfin, le rachat d’une ferme piscicole située dans l’Ain devrait se concrétiser dans les prochaines semaines. Les adhérents des AmitiéscorsesdeLyon® auront bien sûr des tarifs préférentiels, ce qui leur permettra de ne jamais être à court de poisson.



lundi 1 avril 2013

Le pumontincu enfin chassé des salles de classe !

 

La rumeur bruissait depuis quelques temps, c’est désormais une quasi certitude. Grâce à l’indiscrétion d’une personne travaillant au ministère de l’Education Nationale (Non, je ne balance pas ; il y a tellement de corses dans cette administration qu’il n’y a aucun risque que son identité soit découverte), l’amicale a eu communication en avant-première, de la circulaire NOR : MENE1311918C circulaire n° 2013-119 MEN - DGESCO B3-3 qui devrait être publiée dans les tous prochains jours.

 

Cette circulaire vient mettre en œuvre une réforme que nous étions nombreux à appeler de nos vœux. Désormais, les enseignants en langue corse devront privilégier l’emploi du cismontincu. Après une période transitoire de 5 ans, les cours seront uniquement donnés en cismontincu, à l’exclusion de toute référence au pumontincu.

 

L’unification de la langue corse a été posée comme préalable par les autorités, à la ratification de la Charte des langues minoritaires, à nouveau remise il y a quelques jours, aux calendes grecques. Puisqu’il fallait sacrifier un des parlers, le choix n’a guère été difficile.

 

Ainsi que le note un chercheur, Lucca Vicchipedia, « le Corse le plus traditionnel se rapproche du parler cismontincu. En effet, celui-ci est plus archaïque linguistiquement, dans le sens où il a subi moins d'évolutions par rapport aux langues mélangées du passé ».

 

L’amicale est une fois de plus en pointe, les cours s’y étant toujours déroulés uniquement en cismontincu.


Trutta o truita ? (merci à Jade pour son super dessin)

 



dimanche 1 avril 2012

La rencontre GFCO Ajaccio / Lyon se jouera en définitive à Gerland

 

Initialement, suivant les règles de la coupe de France, le match GFCOA /Lyon devait se jouer le mardi 10 avril à 21h à Ajaccio. Mezzavia n’étant pas aux normes requises pour ce type de match, il devait avoir lieu à Timizollu, stade prêté par l’AC Ajaccio. Il n’en sera rien. Les instances fédérales après mûre réflexion, ont décidé qu’il serait préférable que le match ait lieu à Gerland. L’information devrait être officialise sous peu. Plusieurs raisons à ce changement de dernière minute :

- l’absence d’infrastructure de qualité digne d’accueillir comme il se doit une rencontre de demi-finale de la coupe de France ;

- la volonté d’éviter aux joueurs de l’OL, qui sont bien placés en championnat, un fastidieux déplacement en Corse.

Toutefois, il a été prévu une compensation au bénéfice du club ajaccien. Celui-ci pourra en effet aligner 5 joueurs… de l’AC Ajaccio !

« Je me réjouis des résultats très positifs des clubs ajacciens » a commenté récemment Frédéric Thiriez, le président de la Ligue de football professionnel. « Le meilleur moyen de pérenniser cette réussite serait de fusionner les deux clubs, ce qui permettrait la mise en place d’une équipe susceptible de jouer chaque année pour la Ligue Europa [NDRL : l’ancienne Coupe de l’UEFA]. La ligue va œuvrer en ce sens, quitte à mettre en place des mesures coercitives. Il en va de l’avenir du football ajaccien. »

L’intégration, le temps d’un match, de joueurs acaïstes serait donc la première étape du rapprochement des clubs de la cité impériale.

Afin de ménager les susceptibilités, c’est une personne n’ayant aucun lien avec l’une ou l’autre équipe qui prendrait la direction de la nouvelle entité. Le nom qui revient le plus souvent est celui du président du club de pêche sous-marine, l’Aquatic club ajaccien, le sympathique Luc Cierna.